Joyeux anniversaire Benoît

10h00

Moi : levage habillage, rangement, nous partons au pas de course au cours de Poney, Julie et moi (aujourd’hui anniversaire Benoît – penser à lui mettre un sms)

Lui : habillage et direction le centre de loisirs pour inscription puce tardive de type dernier délai aujourd’hui pour les vacances de février. Demande à Chéri de passer aussi à la poste pour envoyer le cadeau de naissance d’un de ses copains avec à peu près deux ans de retard (faire les cadeaux de naissance fait partie de mes bonnes résolutions 2014…).

11h00

Moi : Fin du cours de poney – refuge au centre équestre pour se réchauffer avec petite puce. Café et chocolat chaud en attendant la baby-sitter.

Lui : Arrivée centre équestre, longue plainte sur les longues formalités administratives du centre de loisirs, d’où le découragement et le non passage par la poste.

12h00

Moi : sellage de cheval – plutôt dur, cours, plutôt pas glop, avec séance de jumping…ai bien failli me croûter.

Lui : plutôt satisfait….(de toute façon, il est bon cavalier, lui…)

13h30

Moi : retour maison – préparation nourriture (cassoulet) + rangement ad-hoc pour cause ancienne proprio qui passe récupérer avec un technicien l’ancien système de sécurité (penser à mettre un sms à Benoît) – touillage de cassoulet et rangement cuisine, débarrassage lave-vaisselle.

Lui : canapé télé.

14h15

Moi : aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaahh ancienne proprio déjà là, je saute dans un jean (parce que j’ai gardé mon pantalon de cheval…) pendant que Chéri va ouvrir la porte. Enfournage merdier de la chambre dans le placard….

Lui : accueil proprio et technicien – gestion dessert Julie (pamplemousse et sucre)

14h30

Moi ; discussion avec ancienne proprio. Elle est plutôt impressionnée par la nouvelle cuisine (j’ai planqué à la va vite les assiettes de cassoulet comme j’ai  pu…)

Lui : vois d’un mauvais œil le technicien retirer le matériel. Ce qui laisse des traces horribles sur la peinture fraîchement posée (en fait l’entrepreneur a peint autour du dispositif…)

 

15h00

Moi : Ancienne proprio partie, une discussion avec Chéri s’impose. Toute la déco de l’appartement est à refaire, arg.

Lui : dit que nous n’avons aucun recours. Et qu’il faut refaire les peintures…appel immédiat à l’entrepreneur…

15h30

Moi : préparation liste de course (pour cause déjeuner dominical avec des copains qu’on n’a pas vu depuis longtemps, qui viennent à 5…on n’a jamais fait aussi nombreux…je plains sincèrement les voisins). Je demande à Chéri s’il veut m’accompagner au spectacle de ma mère et de son club du troisième âge ch’timi qui a lieu ce soir. Aucun doute sur sa réponse négative à cette proposition de sortie.

Lui : rugby télé avec tablette numérique et jeu vidéo

16h00

Moi : je pars faire les courses (enverrai sms à Benoît en rentrant, j’ai le temps je suis large). La petite veut venir, elle est mo-ti-vée. Parce que je lui ai dit qu’on ferait toutes les deux une galette des rois dimanche et qu’il faut acheter les ingrédients.

Lui : aaahhh enfin seul !

16h30

Moi : aux courses, je rencontre Madeleine, sa maman, et sa grand-mère (Madeleine étant la meilleure amie de Julie) embrassades, cavalcades, la maman de Madeleine, enceinte de 4 mois me demande si je peux assumer les deux pendant qu’elle fait une course…pas de souci et je suis partie avec les petites à la chasse aux yaourts natures….les petites sont pleines d’énergie et on est quand même samedi après–midi, c’est noir de monde. Je sens les regards lourds de reproches sur mon système éducatif. Pendant que je fais peser les carottes et les oignons aux filles, chacune leur tour, en les portants pour éviter qu’elle ne s’appuie sur la balance (sinon, je paye 15 kilos de carottes), les queues se forment derrière moi et les reproches aussi : « vous avez bientôt fini ???? »

Finalement la maman de Madeleine vient reprendre son bien, les petites doivent se séparer, drame, larmes, étreintes et adieux déchirants mais musclés, Madeleine finit par tomber et se met à pleurer, donc Julie aussi…La maman de Madeleine et moi nous quittons sur ces entrefaites…

Lui : rugby télé avec tablette numérique et jeu vidéo.

18h45

Moi : Je finis mes courses tant bien que mal…. Avec la petite qui boude. Heureusement, elle me donne quand même un coup de main en caisse. La perspective d’arriver en retard au spectacle de sa grand-mère maternelle la motive pour accélérer un peu le mouvement.

Lui : rugby télé avec le tablette numérique et jeu vidéo. C’est le Crunch (France-Angleterre…)

19h15

Moi : Aaaaaaaaaaaaaaaaa suis en retard pour la soirée de ma mère, je demande à Chéri de m’aider à ranger les courses, pendant que je mets des collants propres à Julie. J’enverrai le sms à Benoît pendant la soirée (c’est sur de toute façon que j’aurai le temps de le faire…à mon avis ce soir je vais m’ennuyer).

Lui : levage pénible du canapé, et je ne range que les produits frais et laisse le reste en tas sur le bar. Parce qu’après tout, c’est le crunch.

19h20

Moi : départ vers la voiture, Julie a emmené sa couronne en papier qu’elle a peinte à l’école, rose et violet, pour être jolie. Pas eu le temps de la coiffer mais je prévois de le faire en arrivant (j’ai pris tout ce qu’il faut), pour éviter le système COMORES (conseils maternels ordres et remontrances).

Lui : canapé télé et tablette numérique pour s’entrainer à la guitare.

20h00

Moi : péniblement garée un peu à pétaouchnoc, car je n’ai pas réussi à localiser le parking de  la salle des fêtes. Je traine la petite au galop. Il fait un froid glacial.

Lui : canapé télé et tablette numérique pour s’entrainer à la guitare.

20h30

Moi : Je suis presque tranquille, ai grignoté quelque chose, ai coiffé la petite, le maire et sa compagne sont venus me dire bonjour et m’ont signalé que la France a gagné.

Lui : canapé télé, en plus c’est bientôt the Voice. Je me fais une pizza avec une petite bière…

22h00

Moi : Ma mère chante « pas de boogie woogie ». Ça me fait rire.  Je ris de la voir heureuse ce soir. En revanche les convives à ma table ne sont guère causants. En plus ils ne comprennent rien (c’est normal c’est un spectacle en patois chti). Même moi je peine à suivre. De toute façon je dois gérer la petite, bien décidée à monter sur scène pour aller chanter la chanson de la reine des neiges, avec laquelle elle s’entraine dur depuis 15 jours.

Lui : canapé télé avec the Voice, et tablette numérqiue-guitare.

22h30

La petite s’endort sur mes genoux. Ma mère me somme de rentrer. Tant pis pour le « clair de lune à Maubeuge » qu’elle doit chanter  avec son groupe d’ici une demi-heure. (Mince je n’ai pas envoyé à Benoît son sms. Bon il est un peu tard, je le ferai demain).

Je retourne à la voiture, dans le froid, et en portant la petite qui ne veut plus faire un pas, et qui boude parce qu’elle n’a pas pu chanter.

22h45

Moi : arrivée maison avec enfant endormie dans les bras appelle Chéri au secours pour qu’il  vienne m’aider. (Enverrai sms à Benoît demain matin)

Lui : ah elles sont rentrées ! Je vais aider mon épouse.

23h00

Moi : dodo

Lui : canapé télé –tablette numérique

Dimanche

8h30

Moi : lever pénible …café devant la rediffusion de télématin (émission classée dans mon top 5, sachant que la première position elle est détenue par Stéphane Plazza, indétrônable). Je profite de cet instant de tranquillité. Je sais qu’il sera court….

Lui : zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz (a vu la fin de the Voice, lui…)

9h00

Moi : débarrassage lave-vaisselle, rangement des courses qui trainent encore bizarrement sur le bar….

Lui : café canapé télé….Chérie, tu ne devrais pas démarrer la carbonade (un plat  de viande bien de chez moi pour ceux qui ne connaissent pas)?

10h00

Moi : Démarrage carbonade, Chéri est venu voir et m’indique que je coupe la viande dans le mauvais sens (y a un sens ???)

Lui : Aller-retour à la boulangerie pour aller chercher le pain.

11h00

Moi : habillage + négociations avec Chéri : aspirateur ou mise de la table ? Je montre à Chéri qui proteste sur la nécessité de passer l’aspirateur qu’il y a des miettes invisibles à l’œil masculin un peu partout….

Lui : Bon ok, il va passer l’aspirateur.

12h30

Arrivée ponctuelle de nos amis et de leurs trois enfants.

Moi : je suis prête ! (Mince !!!Benoît !!!!)

Lui : aussi.

16h00- nos amis s’en vont nous avons passé un bon moment, même si à partir de 15h les hommes ont mis le rugby et les femmes sont parties s’isoler pour discuter.

Après …

Moi : Une heure de pause  (Stéphane Plazza, sur la tablette, dans la chambre pendant que la petite regarde Gully) + Rangement souk de la cuisine

Lui : rugby canapé télé dans le salon

18h30

Moi : le temps file…demande à Chéri de donner le bain à la petite

Lui : migraine oculaire. Part se reposer les yeux.

18h30- 20h30

Moi : préparation diner du soir + lessives + rangement cuisine + remontrances à Chéri, que passer son week-end devant 3 écrans en même temps ce n’est pas bon pour les yeux !

Lui : Veuillez faire cesser, oh instances supérieures, les reproches légitimes de mon épouse, … je souffre.

Répond mollement que le bain de Julie sera donné dans un instant.

21h00

Ouf tout le monde a mangé et la petite est lavée…..

Nous regardons un film, Chéri n’a plus mal à la tête….

23h00

Moi je vais me coucher….Mince Benoît !!!!

Lundi

11h00 – « Allo, Benoît ? JOYEUX anniversaire pour samedi !!!! »

A, B, C, D, E, F, G…

Dans la série je ne vous ai pas raconté?  Voici un extrait de mon Journal-Novembre 2009.

Ma princesse n’a pas la patate. Elle culmine à 39° depuis deux jours. Le diagnostic est tombé aujourd’hui « otite ».  Etrange, j’ai déjà vécu ça…..

Ce qui est sympa c’est quand la crèche m’appelle, dring, « venez chercher Julie », « oui mais bon là je quitte Orléans, je suis sur l’autoroute, je ne peux pas faire grand-chose, donnez-moi un instant le temps que je trouve un plan B »

Plan B, alllo maman??? Je suis à Lille ma chérie.

Plan C, allo papa??? Papa???? Papa???? Papa???

Plan D, allo Belle-maman????? Yes!!

Le plan D était le bon (j’ai de la chance, d’avoir un plan D, je sais).

J’ai fait la route vers Paris au volant d’un combo, c’est une sorte d’utilitaire, qui fait que tu finis le voyage sourde et aphone.

Scrogneugneu, quand je finis par arriver à Paris, il est déjà 20h00.

Une fois garée au parking souterrain, nous devons décharger le véhicule. Notamment le matériel d’analyse qui est dans une très grosse caisse, fort heureusement équipée de roulettes, mais les escalators ne marchent pas, comme d’habitude, ils sont là pour décorer. Mon collègue me demande si je veux bien porter la caisse avec lui dans les escaliers qui mène à notre bien aimée tour de bureau.

…?

Un seul regard de ma part a suffi, il a compris que non.

Nous avons traversé les couloirs avec cette question récurrente, mais comment font les personnes handicapées pour sortir du parking ? Le but du jeu étant de grimper d’un étage pour atteindre la surface.

J’ai fini par l’abandonner lâchement au pied de l’ascenseur enfin trouvé et j’ai filé jusqu’à la tour décharger mon sac et rendre les clefs de la « voiture ».

Un bref au revoir, et je prends un taxi pour retrouver mon bébé endormi mais sans fièvre. Je me suis dit ouf fausse alerte.

Erreur fatale.

Le lendemain, bébé en pleine forme pas de fièvre. Je paraphrase mon pédiatre « c’est sûrement les dents ».

Je file à la crèche et dépose mon bébé mesuré à 37,2°C. Puis je file à la gare attraper un train pour aller à l’institut Pasteur faire mes vaccins pour mon départ de la semaine prochaine au Mali.

Arrivée à la gare, pas de train.

Plan B, j’essaye de trouver une autre gare où il y aurait des trains. Qui marchent. A l’heure prévue.

Plan C, préférable, je repère un taxi.

A peine montée dedans, dring, venez chercher Julie elle a 38,5°….

Arg, Plan D Direct, allo, belle-maman ????? (Je sais, j’abuse).

Je me fais piquer puis je file au bureau pour une réunion.

15h45, je les abandonne lâchement en pleine réunion pour aller relever ma belle-mère de ses fonctions (pour ne pas trop abuser quand même).

Dans le train, qui me ramène chez moi, je prévois un plan B pour demain car je donne un cours à la fac de Dijon. Allo maman?????

Secrètement, j’espère qu’une grosse tempête de neige va s’abattre sur Dijon et bloquer toute la ville durant la nuit….ou alors ma ville, ça ira très bien aussi.

5h00, je me lève, pas de tempête de neige, dommage, je laisse au moins quarante-cinq post-its à ma mère avant de prendre le train pour Dijon.

10h00 je suis en train de donner mon cours, mon portable en mode vibreur progresse tout seul d’un bout à l’autre de la table, ce qui n’est pas pour me rassurer, et me déconcentre totalement.

En fait c’est ma mère qui me pose des questions existentielles qui ne sont pas sur les post-its que j’ai laissés :

– où sont les draps propres?

– où est sa couverture?

– où est son habillage de poussette?

– Et tu ranges où tes pommes de terre?

15h00 le verdict tombe. Otite. Le côté positif, ce n’est pas la grippe. Le côté négatif, c’est qu’elle a perdu 500g depuis la semaine dernière.

J’espère qu’une grosse tempête de neige va tomber sur Paris vendredi, jour de mon départ au Mali…

Finalement, ma mission a été annulée.

Quel dommage !