Priche

Le premier jour de sa rentrée à l’école maternelle, Julie était ravie. Mais c’est parce qu’elle n’avait pas compris qu’on allait l’y laisser toute la journée. Je l’ai retrouvée le soir dans un état fébrile. Elle m’a dit en versant de grosses larmes : « j’ai pleuré à l’école, tu sais, car après la sieste c’est l’heure des mamans, et si on ne fait pas la sieste, les mamans ne viennent pas, et moi j’ai dormi et toi, tu n’es pas venue !  » (Là c’est moi qui ai failli pleurer non mais ça ne va pas de dire ça à un enfant !). La pauvre est restée à la garderie en fait.

Le lendemain, le drame. Dès son réveil Julie me demande :

« On va où ? »

« A l’école ma puce »

«Je ne veux pas y aller ! »

Son angoisse est montée crescendo jusqu’à la maternelle. Alors qu’à côté de moi, des mamans chevronnées dont c’est manifestement au moins le second enfant, font le dépôt-déshabillage-bisou-je m’en vais à ce soir- en moins de trois minutes, moi je serrais fort ma petite puce pour la rassurer, « ne t’inquiètes pas, je ne t’abandonne pas, je suis fière de toi, je te promets ça va bien se passer je t’aime, tu vas me manquer, non lâche ma jambe – Julie calme toi- lâche mon pull, tiens prends ton doudou, oui c’est promis on viendra te chercher- mais il est où ce doudou, HORREUR le doudou n’est pas dans la caisse à doudous!!!

En larmes aussi, je vais voir la maitresse (et ignore les autres mamans qui font la queue derrière moi) et lui balance mes reproches entrecoupés de sanglots :

« Vous lui avez dit que c’était l’heure des mamans, et elle a cru que je viendrai, snif ouin ! Mais enfin pourquoi ça ne s’appelle pas l’heure de la garderie ? L’heure des nounous ? L’heure des mamans qui ne travaillent pas ? J’ai plein d’idée si vous voulez…et en plus VOUS AVEZ PERDU SON DOUDOU oooooouuuuuuuuiiiiiiinnnnnnnnn » (je pense que suite à cet épisode à la limite de l’hystérie, je vais avoir du mal à me faire des copines mamans…déjà que dans mon état normal on me trouve bizarre…).

« Madame calmez-vous ».

« Je suis très calme ! »

« Madame, c’est à vous d’expliquer à votre enfant le rôle de la garderie ».

« Hein ? »

« Madame, j’ai l’habitude des enfants …et des mères aussi…. Reprenons, le doudou, c’est quoi ? »

Dans l’émotion, je réponds « le doudou s’appelle Priche ».

La maîtresse, consternée, me demande « et vous pensez sérieusement que cette information va m’aider à le retrouver ? C’est écrit Priche dessus peut-être ? »

Je réalise qu’effectivement, il y a peu de chance que le doudou réponde à son prénom :

« non c’est marqué Julie dessus… »

« Reprenons, Madame, un doudou c’est important, de quoi s’agit-il ?

Légèrement décontenancée, je lui dis : « c’est un lapin, avec de longues oreilles ».

« Avec de longues oreilles ? Comme tous les lapins en fait ? »

« Heum oui ».

« Avez-vous regardé dans la deuxième caisse ? »

« Ah bon il y a une deuxième caisse ? »

« Oui juste là….. »

 

Effectivement c’est là que j’ai retrouvé Priche.  Ce fut un grand moment de solitude.

Parentitude, volume 8

– Vous vous réveillez en sursaut, la nuit quand les jouets qui sont inexplicablement sur votre lit finissent par tomber par terre. Ou alors, se mette en route intempestivement, comme ce petit singe qui vous invite à chanter avec tous ses amis à trois heures du matin. C’est sûr à trois heures du  matin, vous, vous n’avez pas envie de chanter. Et il y a des chances que le petit singe ait un destin tragique.

– Vous démarrez le matin avec la musique de Tchoupi dans la tête, et ça dure bien quelques heures

–  Vous collectionnez les bouts de tissus, ficelles, cartons (surtout ceux du papier toilette), boutons, et bouchons, pour les loisirs créatifs. Ça sert toujours.

– Chez vous, il y a des chiquettes de papier partout (voir à loisirs créatifs ci-dessus)

– Toujours un paquet d’avance (lait en poudre, couches, papier toilette, café x2, piles, lingettes),  telle est vote devise.

– Vos soirées ne sont plus très festives : en fait il est rare que vous voyiez la fin du film. En général vous vous endormez environ quinze minutes après le début….Et pour regarder une émission en replay, il faut bien compter trois jours avec les interruptions intempestives.

– un réveil à 8h00 du matin rentre désormais dans la catégorie « grasse matinée ».