Une petite soeur

(sur la chanson » Ta mémoire » de F.Cabrel)

Elle te fera changer l’ordre de tes affaires,

Balayer tes projets, changer ton ordinaire,

Tu l’appelleras cent fois, qu’elle reconnaisse ses torts,

C’est écrit…

Elle rentrera blessée parfois, par la vie par les autres,

Tu t’entendras hurler « t’es mort si tu tapes encore !  »

Elle voudra que tu lui pardonnes, et tu pardonneras,

C’est écrit…

Elle n’en sort plus de ta chambre

Ni la nuit, ni le jour,

Elle danse derrière les rideaux,

Et toi, tu cherches et tu cours.

Tu voudras sans arrêt qu’elle t’écoute et te suive

Tu crieras « maman » quand elle arrachera tes livres

T’en passeras des heures à la regarder dormir,

C’est écrit…

Elle n’en sort plus de ta chambre,

Ni la nuit, ni le jour,

Elle danse derrière les rideaux,

Et toi, tu cherches et tu cours,

Mais y a pas d’amours sans histoires.

Et tu l’aimes, tu l’aimes,

Qu’est-ce qu’elle aime, qu’est-ce qu’elle veut ?

Et ses câlins qu’elle ne donne que quand elle veut ?

Qu’est-ce qu’elle aime ?

Qu’est-ce qu’elle rêve, qui elle voit ?

Mais tu ne vois pas qu’elle est raide dingue de toi ?

Qu’est-ce qu’elle aime ?

Je t’écouterais me dire ses bêtises et ses écarts,

Qu’а bien y réfléchir, elle n’est pas vraiment sage,

Que t’es déjà passée par des moments plus calmes,

Depuis…

Elle n’en sort plus de ta chambre,

Ni la nuit, ni le jour,

Elle danse derrière les rideaux

Et toi, tu cherches et tu cours,

Mais y a pas d’amours sans histoires.

Oh tu rêves, tu rêves…

Elle n’en sort plus de ta chambre

Elle danse derrière les rideaux

Et moi j’ai jamais eu de petite sœur

Profite de tout son amour

Profite de tout son amour

Profite de tout cet amour.

 

Chanson pour ma Julie, grande soeur de son état.