Un concours

 Je l’ai fait. J’ai rajouté une petite pierre dans mon parcours d’auteure. J’ai tenté ma chance avec le prix écrire au féminin 2018 et j’ai proposé deux textes, Ils ne sont pas parfaits, loin s’en faut, quand on écrit une histoire d’une main et qu’on touille les pâtes de l’autre tout en intimant aux filles d’arrêter de se donner des noms de légumes…

Néanmoins, quand on écrit, que ce soit le choix des mots, de l’histoire, le tout, c’est de transmettre des émotions. De ce côté-là, je pense que j’ai rempli le contrat.

Je te laisse juge : mes deux histoires imparfaites sont ici et là.  (la conversation et le réveillon) 

Si tu arrives à percer le mystère du fonctionnement du vote  (je n’arrive même pas à voter pour moi c’est dire…) tu peux, si le cœur t’en dis poser un petit « jaime » sur l’une des deux ou les deux soyons fous.

Car je ne désespère pas de te faire lire nos aventures, un jour…

Amélie Jeanne & Co.

 

Le point sur ma charge mentale…

Vous commencez à bien me connaître, vous qui me suivez depuis un petit moment. Je tenais à prendre le clavier plutôt que le crayon, pour une fois, pour faire le point sur ma charge mentale. Cette tribune est en rapport avec les dessins que j’ai fait dernièrement.

J’ai reçu quelques commentaires et des messages privés, sur le thème de cette fameuse charge mentale, plus exactement : oui, souvent, très souvent, la lessive nous incombe, à nous, les femmes

Certaines s’insurgent, comme ce fut le cas, d’autres ont compris que je ne faisais là qu’un trait de cet humour qui me caractérise.

Oui à la maison c’est moi qui fais la lessive. J’ai bien demandé à l’homme de s’y mettre, une fois ou deux, mais bon rien que le tri blanc /couleur, lui a échappé. Mes T-shirt blancs sont sortis gris, et mes pulls en laine, heum, RIP.

A la maison, c’est lui qui tue les araignées (tu as remarqué, je ne suis pas bouddhiste). Pendant que moi et les filles hurlons à la mort, l’homme laisse en général tout tomber  pour venir à notre secours. Moi j’ai bien essayé de prendre mon courage à deux mains munie d’un balai, d’une bombe insecticide et d’un mantra anti-stress, mais ça se finit en général en crise d’hystérie (notez que dans ma brillante carrière de géologue, je suis tombée, sur des ours, des sangliers, des scorpions, des serpents, des cafards… et des mufles, espèce pas si rare… mais rien à faire avec les araignées, c’est insurmontable). Honte, suprême, le jour où l’Homme n’était pas en France, j’ai appelé la babysitter des enfants pour qu’elle vienne m’aider à venir à bout d’une araignée MON -STRU-EUSE.

A la maison, je gère les plannings (activités des enfants, babysittings, fêtes scolaires, anniversaires….).  l’Homme me fait confiance et se repose entièrement sur moi.

A la maison, il gère les comptes et les impôts. Je lui fais entièrement confiance et me repose sur lui.

A la maison, nous faisons les courses à tour de rôle. Pour des raisons d’égalité, mais surtout car on ne choisit pas les mêmes choses, ce qui amène un peu de variété dans un quotidien parfois difficile à renouveler.  Pour la cuisine, c’est pareil (sauf que lui, quand il cuisine, ce n’est jamais raté…)

Pour les garde-malades, c’est 50/50.

Pour la révision des devoirs c’est plutôt lui. Pour le tri des affaires, c’est plutôt moi.

Il fait la liste des fournitures scolaires. Je fais la paperasse administrative.

Alors oui, une fois, j’ai essayé de lui imposer ma charge mentale, mes nuits courtes, mon stress maternel, à l’époque ou bébé RGO faisait des siennes. L’homme a tenu 24h et a craqué. Nerveusement et physiquement.

Mesdames, nous avons cette capacité à oublier notre fatigue, et à penser à tous les détails. Nous avons cette capacité à organiser, planifier, et (ce qui n’est pas forcément une bonne chose) à nous oublier face à la nécessité de notre progéniture. Nous avons beau aujourd’hui revendiquer l’égalité parfaite dans les tâches ménagères (non parce que pour les salaires, on veut la même chose on est d’accord ?), mon sentiment profond, c’est que l’homme et la femme sont différents. Leurs cerveaux sont différents, et leur façon de voir et d’organiser la vie est différente. Ce n’est pas qu’une question de charge mentale. La vie à deux, c’est avant tout une question de compromis.

Alors, oui j’avoue, faire la lessive ça ne me passionne pas. Mais je n’ai pas du tout envie que quelqu’un d’autre la fasse à ma place. Et la vie m’a appris que quand on veut de l’aide, il suffit de la demander. L’homme en général fait (presque…) toujours et de bonne grâce ce que je lui demande de faire.

Bon je vous laisse ce n’est pas tout ça, mais j’ai quelques lessives en retard….

Amélie Jeanne.

PS : Chéri je t’aime, ne change rien. 

Devenir auteur(e) …ou pas.

Ouvrir un blog n’est pas anodin (tu trouveras l’origine du blog ici), et nombreux sont ceux et celles qui ont pensé à vivre de leur plume.

Mon blog est né il y a plus de deux ans, et j’ai trouvé ma routine dans cette activité qui m’apporte énormément sur le plan humain. Mais rien évidemment sur le plan financier. Voire même il me coute un peu, en fait, entre l’hébergement du blog, le nom de domaine, et les différents outils que j’utilise. Mais là n’est pas la question. Lire la suite