Les dangers des réseaux sociaux…

Depuis maintenant 4 ans, j’ai un blog et je suis assidument les copines sur les réseaux sociaux. L’une d’elle s’appelle Marie, et nous a vanté sur Instagram les mérites gustatifs des choux de Bruxelles. Mon premier réflexe quand je pense aux choux de Bruxelles, c’est beurk. Mais loin de se décourager Marie a insisté et m’a proposé….d’essayer.

Sûrement pas…

Jour de courses, aux rayons fruits et légumes, ils sont là, les crucifères. J’hésite. Et si finalement je me trompais ? Je décide de tenter l’aventure…

Un soir de semaine, normal, la famille me demande ce qu’il y a pour le dîner. Je sors alors le paquet de choux de Bruxelles. 

Chéri demande d’un air inquiet : « c’est une blague ? » 

« Non », répondis-je, « j’ai vu sur les réseaux sociaux que c’était bon alors je tente l’expérience ». 

Chéri soulève un sourcil et me propose de tenter l’expérience quand il n’est pas là. 

Je réponds que c’est trop tard, que j’ai déjà mis l’eau à chauffer avec le bicarbonate. 

« Le quoi ? »

« Le bicarbonate, car sur les réseaux, il est clairement expliqué que pour éviter les problèmes intestinaux, il faut rajouter du bicarbonate ». (vous ai-je dis que j’étais accroc aux réseaux sociaux ? Ma nouvelle feuille de chou, en somme…). 

Chéri est plus que dubitatif. J’ouvre le paquet sous ses yeux mais loin de moi de lui rentrer dans le chou….

« Mais déjà cru, ça pue ! » dit-il.

Je lui dis qu’il exagère.

« De toute façon se sera sans moi. Il y a quoi d’autre ? » Demande-t-il.

Effectivement, si c’est raté il faut une solution de secours, c’est bête comme chou. Je propose à Chéri un poulet basquaise avec du riz. Et des choux de Bruxelles, en option, pour les amateurs. Histoire de ménager la chèvre et le chou. Il dit que mouais, bon ça va. 

Julie arrive tout sourire : « qu’est-ce qu’on mange ce soir ? ». Je lui montre les choux de Bruxelles. Méfiante, elle me demande : papa a donné son autorisation pour CA ? 

Son autorisation ??? Il va falloir revoir quelques principes féministes.

J’explique à Julie qu’il est temps que les légumes reviennent dans nos vies. Surtout qu’avec le confinement, il y a eu du relâchement….

Je tente donc la cuisson des choux. C’est vrai que l’odeur est assez forte, je mets à fond la hotte aspirante.

Chéri et Julie viennent de temps en temps me dire que décidément, ça sent le vieux pet.

Je fais cuire les lardons, pour aller avec les choux. Du coup ça sent un peu moins le vieux pet le chou. La petite arrive et nous dit que ça sent bon et qu’elle a faim. Julie, secouée de rire, donne par mégarde un coup à sa sœur qui commence à pleurer. Tout va bien. Je ne suis pas dans les choux. 

J’égoutte les choux pour les faire rissoler avec les lardons. Et je n’oublie pas de décongeler préparer le poulet basquaise pour les autres. Ils me prennent un peu le chou, en fait. 

Voilà c’est prêt.

Julie a gouté, à grands renforts de grimaces et simagrées. Elle n’a pas aimé. 

Charlène m’a montré le minuscule bout qu’elle a avalé, elle n’a pas aimé. 

Le chien, lui, l’a immédiatement recraché. 

Chéri m’a dit que s’ils n’avaient pas été trop cuits, il les auraient sûrement goûtés. 

J’ai fait chou blanc.

Message pour Marie : ceci ne m’a nullement découragée, au grand dam de ma famille, je vais retenter l’expérience, et un jour nous en ferons nos choux gras. 

Allez, à bientôt mes petits choux.

Amélie Jeanne.


					

15 réflexions sur “Les dangers des réseaux sociaux…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s