Le point sur ma charge mentale…

Vous commencez à bien me connaître, vous qui me suivez depuis un petit moment. Je tenais à prendre le clavier plutôt que le crayon, pour une fois, pour faire le point sur ma charge mentale. Cette tribune est en rapport avec les dessins que j’ai fait dernièrement.

J’ai reçu quelques commentaires et des messages privés, sur le thème de cette fameuse charge mentale, plus exactement : oui, souvent, très souvent, la lessive nous incombe, à nous, les femmes

Certaines s’insurgent, comme ce fut le cas, d’autres ont compris que je ne faisais là qu’un trait de cet humour qui me caractérise.

Oui à la maison c’est moi qui fais la lessive. J’ai bien demandé à l’homme de s’y mettre, une fois ou deux, mais bon rien que le tri blanc /couleur, lui a échappé. Mes T-shirt blancs sont sortis gris, et mes pulls en laine, heum, RIP.

A la maison, c’est lui qui tue les araignées (tu as remarqué, je ne suis pas bouddhiste). Pendant que moi et les filles hurlons à la mort, l’homme laisse en général tout tomber  pour venir à notre secours. Moi j’ai bien essayé de prendre mon courage à deux mains munie d’un balai, d’une bombe insecticide et d’un mantra anti-stress, mais ça se finit en général en crise d’hystérie (notez que dans ma brillante carrière de géologue, je suis tombée, sur des ours, des sangliers, des scorpions, des serpents, des cafards… et des mufles, espèce pas si rare… mais rien à faire avec les araignées, c’est insurmontable). Honte, suprême, le jour où l’Homme n’était pas en France, j’ai appelé la babysitter des enfants pour qu’elle vienne m’aider à venir à bout d’une araignée MON -STRU-EUSE.

A la maison, je gère les plannings (activités des enfants, babysittings, fêtes scolaires, anniversaires….).  l’Homme me fait confiance et se repose entièrement sur moi.

A la maison, il gère les comptes et les impôts. Je lui fais entièrement confiance et me repose sur lui.

A la maison, nous faisons les courses à tour de rôle. Pour des raisons d’égalité, mais surtout car on ne choisit pas les mêmes choses, ce qui amène un peu de variété dans un quotidien parfois difficile à renouveler.  Pour la cuisine, c’est pareil (sauf que lui, quand il cuisine, ce n’est jamais raté…)

Pour les garde-malades, c’est 50/50.

Pour la révision des devoirs c’est plutôt lui. Pour le tri des affaires, c’est plutôt moi.

Il fait la liste des fournitures scolaires. Je fais la paperasse administrative.

Alors oui, une fois, j’ai essayé de lui imposer ma charge mentale, mes nuits courtes, mon stress maternel, à l’époque ou bébé RGO faisait des siennes. L’homme a tenu 24h et a craqué. Nerveusement et physiquement.

Mesdames, nous avons cette capacité à oublier notre fatigue, et à penser à tous les détails. Nous avons cette capacité à organiser, planifier, et (ce qui n’est pas forcément une bonne chose) à nous oublier face à la nécessité de notre progéniture. Nous avons beau aujourd’hui revendiquer l’égalité parfaite dans les tâches ménagères (non parce que pour les salaires, on veut la même chose on est d’accord ?), mon sentiment profond, c’est que l’homme et la femme sont différents. Leurs cerveaux sont différents, et leur façon de voir et d’organiser la vie est différente. Ce n’est pas qu’une question de charge mentale. La vie à deux, c’est avant tout une question de compromis.

Alors, oui j’avoue, faire la lessive ça ne me passionne pas. Mais je n’ai pas du tout envie que quelqu’un d’autre la fasse à ma place. Et la vie m’a appris que quand on veut de l’aide, il suffit de la demander. L’homme en général fait (presque…) toujours et de bonne grâce ce que je lui demande de faire.

Bon je vous laisse ce n’est pas tout ça, mais j’ai quelques lessives en retard….

Amélie Jeanne.

PS : Chéri je t’aime, ne change rien. 

27 réflexions sur “Le point sur ma charge mentale…

  1. Maman Lempicka dit :

    Pour les araignées je serais cap d’appeler mes voisins alors la babysitter je valide 😀
    Je suis d’accord avec toi sur le fait qu’il faut rappeler que nos hommes ne pensent pas à rien, comme certaines voudraient nous le faire croire. Ici aussi, c’est lui qui gère les impôts et tous les trucs chiantissimes genre trouver des artisans pour le prochain chantier, réparer tel truc qui vient de lâcher, comparer les prix pour l’achat d’un nouvel électroménager…alors OUI, il assume une AUTRE charge mentale, qui me fait souvent me dire que si je devais me retrouver seule, je serais bien dans la merde. Comme lui dans l’autre sens.

    Aimé par 3 personnes

  2. Caro - WondermMumBreizh dit :

    Bravo, ton article traduit tout a fait ce que je pense.

    Idem, je fais la lessive et j’étend le linge, tout comme je fais à manger. C’est juste parce que je ne veux pas flipper en ouvrant le tambour de ma machine, parce que je suis psychorigide au niveau de l’étendage et que j’aime manger autre chose que du jambon pates.

    Mais pareil, il est meilleur que moi en administratif donc impots, factures, compte c’est sa partie. Et il vient quand j’ai besoin d’aide et que je lui demande 😉

    Aimé par 2 personnes

  3. Emilie Varrier Romancière dit :

    Tout a fait. Tu as raison de mettre les choses au clair. C’est bien le « féminisme » mais il ne faut pas oublier que nous sommes toutes et tous différents. Et le fait d’être homme ou femme fait aussi partie une des différences (corps, hormones). Je suis tout à fait d’accord avec tes propos. Et tes dessins sont là pour retranscrire avec humour le quotidien. Si nous sommes si nombreuses et nombreux à te suivre c’est qu’ils sont divertissants. Alors continue. Nous te suivons !

    Aimé par 1 personne

  4. La Nébuleuse dit :

    Mais parfois devoir demander en permanence, ça fait justement partie de la charge mentale, on doit même organiser l’aide des autres… Sur le blog Clémentine la mandarine il y a des articles super intéressants sur une expérience qu’ils ont fait en couple, en inversant leurs tâches 🙂

    Aimé par 1 personne

  5. Thérèse dit :

    Trop joli cet article, on sent de l’amour dans l’air… Je suis ton blog depuis quelques mois et je suis toujours touchée par l’humour, la justesse de tes dessins et le fait que tu ne te revendiques d’aucune tendance. C’est un plaisir de te lire alors ne change rien !

    Aimé par 1 personne

  6. Annawenn (Mamy Horse) dit :

    L’éternelle question de l’égalité homme/femme ? Je préfère faire la lessive que d’aller ramasser le crottin des chevaux. Bon, je suis tout à fait capable de m’occuper des animaux et l’homme incapable de faire la lessive. Je hurle aussi pour les araignées alors que je travaille avec des chevaux sauvage (mon cerveau a une bien étrange vision du danger lol)

    Aimé par 1 personne

  7. misstexasblog dit :

    Très juste ! C’est à moi qu’incombe la charge mentale de la gestion quotidienne de la vie des enfants et de la maison, mais je le fais avec plaisir et que ça va 10 fois mieux si c’est moi qui le fais. Ce qui me parait si simple à gérer (même si très fatiguant !) semble insurmontable pour mon homme… Mais alors, lorsque c’est moi qui doit faire des papiers administratifs, gérer la banque ou les voitures, c’est panique à bord de mon côté ! Je m’emmêle, j’oublie tout, je n’arrive à rien… alors que mon homme gère ça d’une main de maître ! Chacun son domaine, donc. C’est un peu déséquilibré (même si mon homme en fait beaucoup, mais la tâche est tellement immense !) mais au moins je fais la partie qui me plaît !

    Aimé par 1 personne

  8. ibonoco dit :

    Penser que l’homme et la femme sont différents donc qu’une égalité parfaite dans la gestion des charges du quotidien est pertinent. Le contraire serait de l’égalitarisme plus que de l’égalité. Tenir compte des qualités et des compétences de l’autre est une bonne manière d’appréhender le quotidien à deux. Quant à l’égalité, cela ne veut pas dire qu’il n’y a plus de combats à mener.
    Enfin, dans un couple des compromis oui mais pas jusqu’à la compromission.

    Aimé par 1 personne

  9. Lucie dit :

    Bonjour,
    J’ai lu attentivement ce que tu as écrit parce que c’est un sujet qui m’intéresse énormément en tant que bonne féministe qui se respecte. Pardonne-moi mais j’ai fait quelques bonds.
    J’entends tout à fait qu’un couple, une famille, engendrent des compromis, c’est indéniable. Ton conjoint fait plein de choses dans la maison et ce n’est pas bien, c’est normal. Ce qui m’attriste, c’est quand tu dis que si on veut de l’aide, on peut la demander. Non, je ne suis pas d’accord. Demander de l’aide revient à se placer soi-même comme cheffe des opérations ménagères. Est-ce que c’est le cas ? Non. Vous êtes un couple, c’est votre responsabilité à tous les deux. Tu n’as pas à demander de l’aide, c’est à ton conjoint de penser à faire les choses. S’il n’y arrive pas, il faut qu’il apprenne.
    En tant que femmes, nous n’avons pas d’aptitudes innées, relatives à notre sexe, ça n’existe pas. C’est une construction sociale. Nous, les femmes, savons oublier notre fatigue et penser à tous les détails parce qu’on (= le patriarcat) nous a obligées à le faire. C’est ancré mais certainement pas indélébile.

    J'aime

    • chroniquesdameliejeanne dit :

      Oui c’est très certainement une bonne façon de voir les choses. Mais je pense que c’est aussi une question de génération. Ce que tu dis est très vrai pour les jeunes qui arrivent aujourd’hui je le remarque même dans le monde du travail ils sont très attentifs à l’égalité. Mon chéri m’aide et plus le temps passe et plus il m’aide….mais je suis désolée pour nous les femmes de 40 ans…c’est ainsi que ça fonctionne. En règle générale hein ? Je n’ai aucun exemple de ce que tu décris.

      J'aime

      • Lucie dit :

        J’ai 32 ans et je vis en couple depuis 13 ans, nous n’avons pas d’enfant. Nous partageons les tâches : je m’occupe (toujours) de la lessive, il fait (toujours) la cuisine. Je remplis le lave-vaisselle, il le vide. Je passe sans doute plus souvent l’aspirateur que lui, mais lui s’occupe entièrement de tout ce qui est administratif, il sort les poubelles, nettoie la litière du chat et s’occupe du jardin. Il ne m’aide pas, il en est hors de question, il fait. C’est normal, nous payons notre maison à part égale, je ne vois pas pourquoi il serait mon sous-traitant. Je ne crois pas que ce soit une question de génération, tu as 40 ans, certes, mais les combats féministes étaient déjà commencés avant ta naissance. Vraiment, c’est la notion d’aide qui me pose souci, ton mari ne t’aide pas, il fait. Tu n’as pas besoin d’aide, tu as besoin de ton mari, il habite avec toi, non ? Il mange, il salit, il a participé à la procréation des enfants, il fait partie de la maison, c’est bien ça ? On ne va quand même pas lui dire merci et lui donner une médaille.

        J'aime

    • Lockita dit :

      Se sentir obligée… Eh bien non, je suis peut être une femme mais je choisis de m’occuper du linge et / ou d’autres choses parce que je veux le faire, c’est mon choix et c’est comme ça, je l’assume. Personne d’ailleurs ne peut m’y obliger car je suis encore libre de mes mouvements. Drôle de posture que celle de certaines féministes qui proposent une vision de la femme comme victime du patriarcat… Donc les femmes sont faibles et incapables de faire valoir leurs choix basés sur leurs envies ? En quoi est-ce défendre les femmes que de prôner cette image d’une soumission absolue ? Et donc on n’aurait pas non plus le droit de vouloir faire le ménage ? En quoi est-ce avilissant ? Justement parce que traditionnellement ça a été une tâche feminine ? Et alors ? En quoi est-ce que cela rend la chose « inferieure » ? Et enfin, refuser de demander de l’aide quand on en a besoin, quel intérêt à part rager en silence de son côté ? En quoi le fait de taire quelque chose a un jour apaisé une quelconque situation ? Bref, le féminisme est parfois une réelle contradiction.

      J'aime

      • Lucie dit :

        Bonjour,
        Je me permets de te répondre, ton commentaire m’a interpelée.
        Personne ne dit que les tâches ménagères sont avilissantes. Il y a, certes, plus passionnant dans la vie mais on est obligé(e) de les faire si on ne veut pas vivre dans un capharnaüm (à moins d’avoir le syndrome de Diogène mais c’est un autre sujet). D’autant que si une femme vit seule, les corvées ne vont pas se faire toutes seules. Cependant quand est dans une relation hétérosexuelle et qu’on vit ensemble, chacun(e) doit faire sa part sans que l’homme n’ait à « aider » sa compagne. Tous les deux partagent un espace de vie qu’il/elle utilise, c’est juste normal de partager les corvées.
        Les femmes sont victimes du patriarcat, c’est un fait. Nous vivons dans une société façonnée par et pour les hommes. Le féminisme n’existerait pas si on n’avait pas besoin de l’égalité, mais elle n’existe pas totalement. Ca ne veut pas dire pour autant que les femmes sont faibles, bien au contraire.

        J'aime

  10. Les tribulation d'une maman à la campagne dit :

    Comme je te comprends pour les araignées!!!!
    Au boulot, je suis capable de refuser de rentrer dans mon bureau car il y en a une MAIS je sors les serpents (oui car les mecs, ils se sont tous sauvé devant!!!).
    Pour la répartition des tâches, chacun fait en fonction de ses capacités/connaissances, si on se met à compter qui ait quoi, quand, combien de temps…….on ne s’en sort plus!!!!

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s